tt

FAQ - Foire aux questions

Les réponses aux questions les plus fréquentes concernant l’Organibac

Oui. L’effort demandé aux citoyens est de trier leurs matières résiduelles à la source. En vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement du gouvernement du Québec et du règlement relatif à la gestion de matières résiduelles de votre MRC, vous devez participer.

Le choix du bac a été fait à la suite du projet pilote effectué dans les trois MRC concernées. Les grosseurs de bacs choisis sont adaptées aux besoins de tous les types de familles et elles faciliteront les collectes mécanisées. Il vous sera possible d’en demander un second si besoin il y a, toutefois, des frais pour l’achat de ce deuxième bac roulant vous seront chargés.

Des efforts seront faits pour bien vous informer (par exemple, document sur les matières acceptées et refusées, trucs et astuces, rencontre d’information auprès des citoyens, ligne infocollectes, etc.)

Selon les taux de participation observés après un certain temps, des billets de courtoisie pourraient être remis par votre MRC.

Pour les surplus occasionnels, vous pouvez utiliser des sacs de papiers compostables que vous déposez à côté de votre Organibac le jour de la collecte. Ces derniers seront ramassés par le collecteur.

Des consignes seront données au collecteur de telle sorte que, comme pour le bac de recyclage, si l’Organibac est mis en bordure de rue le jour de la collecte des matières résiduelles (déchets), il ne sera pas ramassé.

L’utilisation du bac brun s’avère la meilleure option. En fait, l’usage d’un broyeur n’est pas une façon écologique d’éliminer les résidus organiques. Ce dernier consomme de l’électricité en plus d’une grande quantité d’eau et les résidus qu’il génère surchargent les eaux usées domestiques. Selon le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP), dans les installations septiques, les résidus de table se dégradent difficilement, ce qui peut nécessiter une vidange plus fréquente pour éviter le colmatage du dispositif en aval. Il est également déconseillé d’y jeter des graisses de cuisson puisqu’elles sont difficiles à traiter et risquent de bloquer les tuyaux. Vous n’avez aucun problème à les disposer dans votre Organibac.

Vous pouvez penser à repositionner l’ensemble de vos bacs et même à réduire le format de votre poubelle (bac de déchets), puisque vous y déposerez beaucoup moins de matières. Des suggestions pourront également être émises en communiquant avec le service infocollectes de votre MRC.

L’herbicyclage, soit l’action de laisser les rognures de gazon au sol, est fortement encouragé. Toutefois les rognures de gazon et les résidus de jardinage sont acceptés dans l’Organibac. Vous pouvez toujours déposer votre surplus de matières dans des sacs de papiers compostables à côté de votre Organibac. N’oubliez pas que des collectes de chaumes et de feuilles sont également prévues aux calendriers de chacune des MRC.

Nous vous invitons à consulter la section réservée aux Trucs et astuces. Vous y trouverez plusieurs idées pour remédier à la situation. Le plus important est de sortir votre bac à chaque collecte même s’il contient peu de matières, surtout en période estivale.

C’est le procédé utilisé au centre de traitement qui permet de déterminer si une matière est acceptée ou non. Le processus de biométhanisation ne permet pas de traiter les sacs de plastique compostables ou biodégradables, car ces derniers ne sont pas méthanogènes. En fait, le cycle de dégradation des sacs de plastique, même ceux qui sont compostables ou biodégradables, est beaucoup plus long que le cycle de compostage des matières organiques.  À la fin de ce cycle, des lambeaux de plastique demeurent dans le produit fini. Ce sont ces lambeaux qui flottent à la surface qui posent problème car ils ne peuvent être traités avec l’ensemble de la matière organique.

Oui. Nous vous invitons à consulter la section «Conjuguer composteur domestique et Organibac» afin de connaître les avantages de posséder également l’Organibac à la maison et pour bien comprendre comment il peut être complémentaire à votre bonne habitude de compostage.

On prévoit qu’une partie du compost produit par le centre de traitement sera effectivement disponible aux municipalités locales.

En principe, le volume devrait diminuer d’environ 35%, et encore plus avec une bonne participation citoyenne!

Le projet est en soi un choix de société qui implique des changements de comportement et d’habitudes et qui aura certainement un impact dans notre façon de vivre. À terme, cela implique une meilleure gestion de nos matières résiduelles par l’utilisation de technologies plus propres et plus avant-gardistes.